« Quelques fois au bord du sentier

Je me sens las et je m’assieds

Pour regarder passer les autres

Les gens heureux… les bons apôtres,

Ceux qui ne portent pas de croix

Les semeurs de règles et de droit

Moi, le damné, le solitaire,

Moi qui suis le dépositaire

Des péchés de tous les proscrits,

De leurs larmes et de leurs cris,

Je m’assieds et je les contemple,

Sans pouvoir suivre leur exemple

Et je me fais la réflexion :

Pourquoi… dans ce monde éphémère

Suis-je sorti de ma tanière

Pour remettre tout en question

Alors qu’il serait bien moins fou

D’aller hurler avec les loups ! »

Le loup

Abdessamad Kenfaoui